Navigation Menu+

Le mime, un art théatrale quasiment disparu

Mime a deux significations ; (i) la pantomime qui est une forme de théâtre exprimant les messages par des gestes, des attitudes, et sans aucune parole ;  et (ii) un acteur qui  assure les rôles muets du théâtre. Un récit évocateur est représenté à travers le mime duquel le spectateur est invité à imaginer les significations des gestes et des expressions corporelles, parfois accompagnées de fond musical.

mime.jpg

A noter que le mime à l’avantage de déjouer les censures car il n’y a aucune écriture ni parole  à commenter par le service officiel de censure.

Les origines du mime

Selon les opinions publiques, les origines et l’histoire du mime  semblent inimaginables comparées à celles des autres arts de la scène. Depuis son avènement dans la période contemporaine jusqu’à ce jour, les arts du mime ont subi des scissions, des représentations et des absences, des créations démesurées, des illusions, des succès hors pair, des expulsions, des discussions, des interdits. Cette histoire du mime est due à la règlementation policière au début du 19ème  siècle où toute parole sur scène a été censurée et les mimes étaient invités dans le temps à interpréter des théâtres de gaité et de sourire.

Les artistes renommés ayant pratiqués le mime

Jean-Gaspard Deburau a interprété formidablement le rôle de Pierrot Blanc dit Baptiste, sa propre histoire. Jean Gaspard a mis sur pied un groupe qui s’est engagé au théâtre des Funambules à partir de 1816. Plus tard, le mime s’est réalisé dans un film intitulé « Les enfants   du paradis » dont  le réalisateur Marcel Carné a su choisir les acteurs Jean Louis Barrault qui a assumé le rôle de Pierrot Blanc et Etienne Decroux à la place d’Anselme Deburau qui était le père du mime principal.

jean-louis-barrault.jpg

Quand Jean Gaspard  est mort, son fils Jean Charles a essayé de relayer, puis après Louis Rouffe et Séverin. Le professeur de mime à l’opéra de Paris, Georges Wague, a  fait en sorte de  maintenir  l’art de muet, jusqu’à ce que le cinéma  donnait  naissance  à des maîtres du geste du mime. A noter que Marey et Demeny ont mémorisé les gestes par des chrono photos afin de pouvoir analyser en détails les mouvements des mimes.